Bordeaux, Mulhouse, Perpignan, Pontoise… : en ce mois d’octobre, des hommes et des femmes sont poursuivis pour « provocation publique à la discrimination » - y compris une sénatrice de la République, Alima Boumediene-Thiery. Ailleurs, d’autres sont convoqués par les préfectures et menacés de procès du même type. Un ancien commissaire de police prétend même poursuivre... Stéphane Hessel, grand résistant, co-rédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 et ambassadeur de France !Tous risqueraient jusqu’à 45 000 euros d’amende et trois ans de prison suivant la qualification des poursuites … Quel crime ont donc commis ces citoyens, connus et inconnus, pour mériter une accusation aussi infamante et encourir des peines aussi lourdes ? S’être dressés contre l’occupation et la colonisation de la Palestine par Israël, et notamment contre les « crimes de guerre » voire « contre l’Humanité » que le rapport Goldstone accuse son armée – et, dans une proportion nettement moindre, des groupes armés palestiniens - d’avoir perpétrés pendant la guerre de 2008-2009 contre la bande de Gaza. S’être révoltés contre l’impunité dont jouit un État qui viole pourtant ouvertement le droit international et les résolutions des Nations unies. Et avoir décidé de prendre leurs responsabilités en appelant eux-mêmes au boycott, au désinvestissement et aux sanctions contre cette politique condamnée par la grande majorité des opinions française, européenne et mondiale.

Pour présenter, contre toute évidence, cette action citoyenne comme raciste, il aura fallu que la ministre de la Justice s’abaisse à inventer, en février 2010, un « boycott des produits casher » qu’aucun dirigeant, aucun groupe, aucun militant du mouvement de solidarité pour une paix juste et durable au Proche-Orient n’a jamais prôné. Puis qu’elle exige des Parquets qu’ils poursuivent les militant-e-s pour « provocation publique à la discrimination ». Et celle qui diffame et menace ainsi des innocents appartient à un gouvernement qui, toute honte bue, non seulement stigmatise une communauté entière en raison de son origine ethnique, mais expulse illégalement de la « patrie des Droits de l’homme », sur cette base, des milliers de ressortissants d’Etats membres de l’Union européenne.

C’est pourquoi nous disons à Michèle Alliot-Marie : « Pas ça et pas vous ! ». Certains d’entre nous appellent au boycott de tous les produits israéliens ; d’autres « ciblent » les seuls produits des colonies israéliennes ; d’autres encore choisissent des formes d’action différentes. Mais nous sommes tous unis pour refuser catégoriquement que les militant-e-s de la campagne internationale Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS) soient accusés et jugés pour « provocation publique à la discrimination » alors qu’au contraire ils combattent contre toute forme de discrimination, pour le droit de tous les peuples à l’autodétermination, pour l’application à tous les États du droit international et des sanctions prévues lorsqu’ils le bafouent. Tous ensemble, nous exigeons, à la fois au nom du droit international et des libertés : le retrait immédiat des directives envoyées par la ministre de la Justice et son administration aux Parquets et la relaxe immédiate de ces innocents. Honneur à celles et ceux qui font leur le combat pour la justice et la paix que les autorités françaises ont trahi.

 
   
         
   
15385 signataires
   

Achcar Gilbert, Politologue, (Université de Londres et Paris 8)
Adler Laure, Écrivain et journaliste
Alliès Paul, Professeur (Faculté de Droit et de Science politique, Montpellier)
Aubin de la Messuzière Yves, ancien Ambassadeur de France
Aubrac Raymond, Ancien résistant
Aurenche Guy,Président du CCFD
Autain Clémentine, Directrice de Regards
Badie Bertrand, Politologue, Professeur des Universités (Sciences Po), Chercheur associé au CERI
Balibar Etienne, Professeur émérite (Université de Paris-Ouest)
Barat Frank, Coordinateur du tribunal Russell sur la Palestine
Barthe Benjamin, Journaliste indépendant (Ramallah)
Baubérot Jean, Historien et sociologue, président d’honneur de l’EPHE (Sorbonne)
Bédarida Renée, Historienne, ancienne résistante
Beaumale Michel, Maire de Stains
Belhassen Souhayr, Présidente de la FIDH
Benbassa Esther, Directeur d’études (EPHE, Sorbonne)
Benslama Fethi, Psychanalyste, Professeur des Universités (Paris Diderot-Paris 7)
Besancenot Olivier, Porte-parole du NPA
Bianco Jean-Louis, Député, président du Conseil général des Alpes-de-Haute-Provence
Billard Martine, Députée de Paris
Bitton Simone, Cinéaste
Boniface Pascal, Universitaire
Bourdon William, Avocat à la cour de Paris, administrateur de la Fondation France Libertés
Brauman Rony, Médecin, ancien président de Médecins sans frontières
Brousse Martine, Vice-présidente de la CNCDH
Brown Kenneth, Directeur de la revue Méditerranéennes
Brunswic Anne, Écrivain et journaliste
Brunswic Étienne, Ancien directeur de l’Unesco
Buffet Marie-George, Députée
Buttin Maurice, Avocat honoraire à la Cour
Chebat Isabelle, Directrice de la communication Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH)
Chemillier-Gendreau Monique, Professeur émérite (Paris Diderot-Paris 7)
Cohn-Bendit Daniel, Député européen, coprésident du groupe Verts/ALE
Coupé Annick, Porte-parole de l’Union syndicale Solidaires
Debbash Hubert, P-DG de Témoignage chrétien et de « Terre entière »
Doze Étienne, Ancien magistrat
Dubois Jean-Pierre, Président de la Ligue des Droits de l’Homme
Duclos Louis-Jean, Ancien chercheur (CERI-Sciences Po)
Duffour Michel, Ancien secrétaire d’État à la Décentralisation culturelle
Duflot Cécile, Secrétaire nationale des Verts
Estrella Miguel Angel, Pianiste
Fassin Eric, Sociologue (ENS)
Fiterman Charles, Ancien ministre des Transports
Flautre Hélène, Députée européenne, membre de la commission Libertés civiles
Garrido Raquel, Secrétaire nationale du Parti de gauche, chargée des relations internationales et européennes
Garrigue Daniel, Député
Guenif Nacira, Sociologue
Guigou Elisabeth, Députée, ancienne ministre de la Justice
Halimi Gisèle, Avocate
Héricher Jean-Marie, Prêtre
Jadot Yannick, Député européen


Joly Eva, Députée européenne, présidente de la Commission du développement
Joxe Alain, Chercheur (EHESS)
Joxe Pierre, Premier président honoraire de la Cour des comptes
Junqua Daniel, Journaliste, ancien directeur général du CFPJ
Kahn Marcel-Francis, Professeur de médecine
Kiil-Nielsen Nicole, Députée européenne
Krivine Alain, Membre de la direction du NPA
Lacouture Jean, Journaliste, historien et écrivain français
Laurent Pierre, Secrétaire national du PCF
Le Hyaric Patrick, Député européen
Lecoq Jean-Paul, Député
Lederer Pascal, Directeur de recherche émérite (CNRS), co-animateur d’Une autre Voix Juive
Lipietz Alain, Ancien député européen
Löwy Michael, Directeur de recherche émérite (CNRS)
Mamère Noël, Député-maire
Manceaux Michèle, Écrivain
Marcus Michel, Magistrat
Maspero François, Écrivain
Mélenchon Jean-Luc, Président du Parti de gauche
Mitterrand Danielle, Présidente de la fondation France Libertés
Mordillat Gérard, Romancier et cinéaste
Morin Edgar, Sociologue et philosophe
Moynot Jean-Louis, Syndicaliste,ancien conseiller d’État
Nahoum-Grappe Véronique, Anthropologue (EHESS)
Neyrat Frédéric, Philosophe
Paris de Bollardière Simone
Pauly-Maillart Emmanuelle, Journaliste
Pinte Etienne, Député
Poilane Emmanuel, Directeur de la fondation France Libertés
Quadruppani Serge, Ecrivain
Rajfus Maurice, Écrivain
Rocard Michel, Ancien Premier Ministre et député européen
Sand Shlomo, Historien, professeur (Université de Tel-Aviv)
Sieffert Denis, Journaliste
Tasca Catherine, Vice-présidente du Sénat
Terras Christian, Redacteur en chef du Magazine Golias
Texier Philippe, Conseiller honoraire à la Cour de cassation, expert à l’ONU, membre de la CNCDH
Thibault Bernard, Secrétaire général du syndicat CGT
Tubiana Jérôme, Journaliste
Voynet Dominique, Maire de Montreuil, sénatrice
Weill-Raynal Guillaume, avocat
Wurtz Francis, Député européen honoraire


Védrine Hubert n’a pas signé l’appel mais nous a écrit : « Bien que je ne signe en principe aucun appel, je suis prêt à soutenir Stéphane Hessel. Les positions courageuses ou audacieuses qu’il prend doivent pouvoir, dans un état de droit, être librement défendues. Les amalgames dont on se sert pour l’accuser sont mensongers. Il est à la fois grotesque et choquant de s’en prendre à une figure telle que lui et de vouloir judiciariser pour l’étouffer un débat qui devrait rester politique. Comme le sujet est très compliqué je préférerais apporter –publiquement mon soutien à Stéphane Hessel, indépendamment du texte. »


// Suite